Le taxi conventionné, le VSL ou l’ambulance sont des moyens de transport sanitaire très sollicités, que ce soit pour des déplacements primaires (de la maison au centre de santé) ou des transferts entre hôpitaux. Même si ces véhicules peuvent tous acheminer des malades en positions assises, ils le font généralement dans des circonstances et des conditions différentes. Quelles différences y a-t-il concrètement entre eux dans le cadre de ce type de transport ? Le contenu de cet article vous apportera plus de précision sur le sujet.

Le VSL et le taxi conventionné

Le véhicule sanitaire léger (VSL) et le taxi conventionné sont réservés au transport des personnes à mobilité réduite et des malades capables de supporter un long voyage en position assise. Contrairement à l’ambulance, ces véhicules ne sont pas adaptés aux situations d’urgence comme un accident ou encore un accouchement.

Le VSL se distingue par sa carrosserie blanche et est équipé de 4 portes latérales. Contrairement à l’ambulance, le transport en VSL n’inclut pas une aide médicale permanente durant le trajet. Cependant, les passagers peuvent bénéficier d’une aide administrative ou d’une aide à la personne comme l’accompagnement jusqu’au véhicule.

Même s’ils ne sont pas principalement destinés aux patients en état d’urgence, les VSL tout comme les taxis conventionnés, sont équipés de matériels médicaux de premiers secours.

Le taxi conventionné CPAM est un « taxi classique » qui a obtenu l’agrément de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de son département. Cette démarche peut être effectuée dans toutes les antennes de la structure. Par exemple, un conducteur qui souhaite réaliser le transport des malades assis en Haute-Savoie devra se rapprocher de la CPAM d’Annecy.

Comme le VSL, le déplacement par taxi conventionné doit être prescrit par un médecin. Les voitures conventionnées interviennent pour des services bien spécifiques :

  • Transport de patients en contrôle régulier ;
  • Transport pour une convocation médicale ;
  • Transport de patients en rééducation…

Le taxi conventionné peut également intervenir en cas d’accident de travail ou lorsque le malade présente une déficience physique ou psychique qui l’oblige à se faire aider pour son déplacement.

Quelle différence entre le VSL et le taxi conventionné CPAM ?

Bien que le VSL et le taxi conventionné CPAM soient spécialisés dans le transport de malade assis, le taxi se différencie par le fait qu’il peut également assurer de simples déplacements privés ou professionnels. De plus, il peut transporter plus ou moins de patients en fonction de sa capacité, contrairement au VSL qui ne possède qu’une capacité de transport maximale de 3 personnes, quel que soit son modèle.

La prise en charge est identique avec ces deux types de voitures de déplacement sanitaire, mais le taxi conventionné présente d’autres avantages comme la discrétion ou encore le confort. Par exemple, si vous optez pour un taxi conventionné, vous pouvez faire déplacer un malade sans que votre entourage soit au courant. Les chauffeurs Taxi Santé sont des professionnels réputés pour leur attention et leur ponctualité.

Quel que soit le transport choisi, le tarif est presque le même. Mais il peut également varier selon la région et les conventions collectives. Toutefois, cela n’affecte aucunement le taux de remboursement au niveau de la sécurité sociale.

Que retenir ? Le VSL et le taxi conventionné CPAM sont les deux moyens généralement utilisés pour le déplacement des malades assis. Contrairement au premier qui est exclusivement réservé à un usage sanitaire, le taxi conventionné peut assurer aussi bien les déplacements de malades que les déplacements classiques. Il est plus confortable et aussi bien équipé. L’ambulance, quant à elle, est réservée pour les cas d’extrême nécessité.

L’ambulance

L’ambulance est un véhicule de transport sanitaire réservé principalement aux patients qui ont besoin d’un transport d’urgence ou d’un transport en position allongée. Cependant, en cas de nécessité, l’ambulance peut également assurer l’acheminement ou le transfert de malade en position assise. On distingue deux types d’ambulances :

  • L’ambulance classique ;
  • L’ambulance de secours et de soins d’urgences (ASSU).

Quel que soit le type d’ambulance, le véhicule est prévu exceptionnellement pour le déplacement d’un seul malade. Des cas particuliers peuvent se présenter comme le transport d’une mère et de son nouveau-né.

Puisqu’il est destiné aux patients en état d’urgence, ce véhicule sanitaire est équipé de plusieurs accessoires de surveillance médicale qui permettent au passager en difficulté de recevoir les premiers soins (maintenir le rythme respiratoire, stopper une hémorragie…). Ce système est nécessaire parce que les patients fréquemment transportés en ambulance sont des victimes d’accident. Pour cette même raison, l’équipe d’une ambulance doit être composée d’au moins deux personnes qualifiées, dont le chauffeur. L’une d’entre elles doit être titulaire du DEA (Diplôme d’état d’ambulancier). Sauf en cas d’extrême urgence, le recours à l’ambulance se fait sur prescription médicale de transport.

Les frais de déplacement sanitaire, que ce soit en ambulance, en VSL ou en taxi conventionné, sont pris en charge par l’assurance maladie. Le taux de remboursement des frais de transport reste le même, quel que soit le type de véhicule choisi, soit 65 % du tarif conventionné.